À partir de quel âge peut-on avoir des problèmes de vue ?

Si les populations seniors sont les plus exposées, les problèmes de vision peuvent toucher tout le monde, et à tous les âges. Aujourd’hui, on estime que sept adultes sur dix portent des lunettes en France. Et on constate que la myopie ou les autres défauts visuels surviennent de plus en plus tôt dans nos vies. 

Alors, dans ce contexte, demandons-nous à partir de quel âge est-on exposé à ces problèmes de vue ? Nous avons mené notre petite enquête. 

Problèmes de vue : à partir de quel âge ?

La myopie : de plus en plus précoce

Certains ophtalmologues s’inquiètent de la progression de la myopie, qui pourrait toucher 50% de la population occidentale d’ici 2050. Surtout, ce défaut visuel apparaît de plus en plus tôt 

Plusieurs facteurs expliquent son apparition : 

  • La génétique (hérédité)
  • L’exposition à la lumière artificielle des écrans (lumière bleue) ou l’éclairage OLED. 
  • Le manque de temps passé à l’extérieur, à la lumière naturelle du jour

Avant 10 ans, la myopie évolue plus rapidement. À cet âge, elle peut doubler tous les ans. Elle est donc à surveiller particulièrement, surtout s’il y a des facteurs héréditaires. 

De plus, il est conseillé de s’assurer que votre enfant passe au moins 90 minutes dehors chaque jour. L’exposition à la lumière extérieure contribuerait en effet à prévenir la myopie chez les plus jeunes. Et puis, cela a d’autres vertus, comme vous apporter votre dose de Vitamine D (à condition, bien sûr, de protéger ses yeux des dangers du soleil). 

L’hypermétropie : très présente chez les enfants

La plupart des enfants naissent hypermétropes, c’est-à-dire que, dans leur œil, l’image se forme derrière la rétine au lieu de se former dessus celle-ci. En général, avec la croissance, le cristallin (la lentille de l’œil) se gonfle, ce qui permet de remettre l’image au bon endroit et ainsi de corriger cela. Mais, il arrive parfois que cela ne suffise pas et que les enfants conservent leur hypermétropie, même après 8 ou 10 ans. Des lunettes pourraient donc être nécessaires. 

Encourager son enfant à jouer dehors permet également de corriger un œil hypermétrope, car cela l’habitue à regarder au loin et à voir des objets situés à différentes distances. 

À noter qu’un enfant qui souffre d’une forte hypermétropie pourra être inconfortable lorsqu’il fixe pendant longtemps un objet (causant fatigue et maux de tête). Son incapacité à se concentrer pendant longtemps pourrait faire penser à une hyperactivité. Avant de conclure que votre enfant est hyperactif, consultez donc un ophtalmologiste, afin de valider qu’il ne soit pas hypermétrope. 

La presbytie : le vieillissement naturel de l’œil

Comme l’hypermétropie, la presbytie se traduit pas une bonne vision lointaine mais une vision de près floue. 

Cependant, les causes sont différentes. Dans le cadre de la presbytie, il s’agit d’une évolution naturelle de la vue : le cristallin perd une partie de son élasticité et l’œil ne parvient plus à restituer une image nette. 

La presbytie apparaît généralement à partir de 45 ans et se stabilise autour de 60 ans. On estime qu’elle touche près de 30 millions de Français.  

Les autres défauts visuels : strabisme, le daltonisme et astigmatisme 

D’autres défauts visuels, comme le strabisme et l’amblyopie (aussi appelée l’« œil paresseux ») peuvent être dépistés dès la petite enfance. Des exercices de rééducation peuvent permettre de rééduquer l’alignement des yeux. 

En revanche, le daltonisme ou l’astigmatisme ne varient pas au cours des années et ne peuvent pas être compensés naturellement, avec la croissance de l’œil. 

Le cas des pathologies oculaires

Le glaucome peut atteindre le nerf optique et provoquer la cécité s’il n’est pas traité à temps. Il est donc à prendre au sérieux et peut survenir à tout âge, même si le risque augmente après 40 ans. À partir de cet âge, il est conseillé de consulter régulièrement un ophtalmologiste afin de dépister d’éventuels signes d’apparition. Ses premiers signes sont une diminution de la capacité à voir sur le côté, à l’extérieur de notre champ vision.

La DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge) est, quant à elle, liée au vieillissement et apparaît généralement après 50 ans. Elle est la première cause de malvoyance en France, et un dépistage précoce permet de mieux la traiter. 

La cataracte est une opacité du cristallin de l’œil (lentille transparente située derrière l’iris qui permet aux rayons lumineux de converger à l’intérieur de l’œil pour les concentrer sur la rétine) qui entraîne une baisse progressive et irréversible de la vision. Elle est la 3ème cause de cécité en France. Lorsqu’elle évolue, la correction optique par des lunettes n’est plus suffisante pour corriger la gêne visuelle et seule une opération chirurgicale peut y remédier (600 000 personnes sont opérées de la cataracte en France). Elle est liée principalement au vieillissement, même si d’autres facteurs peuvent augmenter le risque de sa survenue (tabagisme, exposition au soleil, maladies, traumatisme). 

Notons que certains cas de glaucome ou de cataracte sont d’origine congénitale. Les symptômes peuvent donc apparaître dès la naissance, ou juste après.

Alors quand consulter un ophtalmologiste selon son âge ?

Tout au long de sa vie, il est indispensable d’être suivi régulièrement par un ophtalmologue afin de prévenir les différents problèmes de vue mentionnés ci-dessus. 

Voici à quel moment consulter : 

  • Enfants : Tous les ans
  • Adultes de moins de 45 ans : Tous les 5 ans
  • À partir de 45 / 50 ans : Tous les 3 ans
  • Au-delà de 65 ans : Au moins tous les 2 ans

Chez les nourrissons, il est recommandé de surveiller de près les signaux d’alerte évoquant un problème de vue

Partager :

Découvrez aussi :

10 conseils pour prendre soin de ses lunettes

Lire cet article

Nos conseils pour bien choisir votre monture

Lire cet article

Comment savoir si un bébé a des problèmes de vue ?

Lire cet article

Quels risques avec une vision non traitée ?

Lire cet article

Coup d’œil sur les principaux défauts visuels

Lire cet article

Découvrir Les Opticiens Mobiles

Nos opticiens, diplômés d'Etat et spécialisés en mobilité, sont formés pour intervenir sur les lieux de vie (domicile, EHPAD, maisons de retraite) ou de travail.

Chez Les Opticiens Mobiles, c'est l'opticien qui vient à vous !

Où que vous habitiez, nous nous déplaçons chez vous, ou chez l'un de vos proches, afin de prendre soin de votre santé visuelle et de celle de votre entourage.

Notre professionnalisme, notre bienveillance et notre empathie nous a permis d'obtenir la certification NF "Service aux personnes à domicile" délivrée par l'AFNOR.

Opticien à domicile, comment ça marche ?