La prévention en santé visuelle en EHPAD

Les Opticiens mobiles, jeune entreprise forte d’une centaine de professionnels répartis sur l’Hexagone, propose depuis quelques mois un programme baptisé "Bien voir pour mieux vivre en Ehpad", centré sur la prévention et l’accompagnement en santé visuelle. 

Gerontonews avait repéré l’équipe au détour des dernières assises nationales des Ehpad, lors de sa présentation à l’ancienne ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, d’un programme intitulé "Bien voir pour mieux vivre en Ehpad". Intrigués, nous avons voulu en savoir plus sur cette offre, présentée comme une "solution globale, axée sur la prévention et la formation, à destination du personnel des établissements médico-sociaux, des résidents et de leurs familles". Mardi 29 août, le fondateur de la société, Matthieu Gerber, un ancien d’Essilor, a répondu à nos questions.

"Lancé fin 2016, et gratuit, le programme 'Bien voir pour mieux vivre' s’apparente à une offre de coordination en santé visuelle, déclinable en Ehpad, ainsi que dans tout établissement médico-social, en résidences services, en résidences autonomie, et à domicile", a-t-il mis en avant. Il comporte notamment une partie "programme de prévention en santé visuelle et la lutte contre la malvoyance", synonyme de sensibilisation des équipes de soins à l'impact du vieillissement sur la vue, aux bons gestes à adopter, ainsi qu’aux solutions techniques existantes. Il inclut également un accompagnement des établissements, sous la forme de permanences, pour la réalisation de bilans visuels des nouveaux résidents, l’ajustage des montures, les petites réparations, etc. Une hotline est ouverte 7 jours sur 7, avec engagement d’intervention sous 48 heures, en cas de casse lors d’une chute par exemple, le déplacement étant gratuit dans un rayon de 30 km. Et les Opticiens Mobiles se chargent bien sûr de la livraison des lunettes, sur ordonnance.

En la matière, Matthieu Gerber a assuré que les prix des montures et des verres proposés par sa société étaient "à qualité équivalente, deux moins chers que ce que l’on trouve en moyenne sur le marché". L'entreprise propose des montures entre 19 et 169 €. Le coût d'une paire de verres s’échelonne, lui, de 89 € pour des verres unifocaux à 249 € pour des progressifs et 339€ pour des progressifs individualisés. Disposant de son propre laboratoire de fabrication, la société livre les lunettes sous huit jours maximum.

"Conçu en collaboration avec chaque Ehpad, le programme 'Bien voir pour mieux vivre" est assuré par un opticien référent membre du réseau les Opticiens mobiles, intervenant en lien avec le médecin coordonnateur, le médecin traitant et le médecin ophtalmologiste", a poursuivi Matthieu Gerber. "Aucune exclusivité n’est demandée aux Ehpad", a-t-il insisté. Les résidents conservent, bien sûr, le libre de choix de leur opticien, et "les conventions de partenariats et d'actions signées avec les établissements ne servent qu'à expliquer qui nous sommes, comment nous intervenons, nos engagements, et à indiquer le prix de nos produits". Interrogé sur la demande des établissements en matière de permanences, il a fait état de "demandes souvent fonction de la taille des Ehpad", synonymes de permanences mensuelles voire bimensuelles, ou trimestrielles.

Questionné sur la possibilité, pour un Ehpad, de disposer d'un programme de prévention pour ses équipes, sans pour autant intégrer le programme "Bien voir pour mieux vivre", Matthieu Gerber a répondu que cela était possible, mais que les demandes étaient rares. Il a précisé que la formation à la prévention était dans ce cas-là payante, son coût étant fonction des attentes des Ehpad et du nombre de personnes à former. "Disons que, pour une journée de formation avec un formateur qualifié, via un module 'la santé visuelle en Ehpad pour les nuls' (sans mauvais jeu de mots) le coût est d'environ 500€ HT", a-t-il indiqué

"Tout est à construire"

Les Opticiens Mobiles ont aussi créé, début 2017, un centre de formation pour les professionnels d’établissements médico-sociaux et de structures d’aide à domicile. Baptisé la 'Lom Academy', ce centre, officiellement basé à Lyon mais dont les programmes sont déclinables ailleurs, propose des formations se voulant plus poussées que le simple programme de formation/prévention habituellement dispensé par la société. Là encore, Matthieu Gerber a assuré que les Ehpad ayant intégré le programme "Bien voir pour mieux vivre" pouvaient en bénéficier gratuitement, le coût de la formation pour les autres établissements s'établissant "uniquement sur devis personnalisé".

Interrogé sur le modèle économique de sa société, le fondateur des Opticiens mobiles a indiqué qu'au vu des besoins en équipement énormes, la simple vente de montures et verres permettait à son entreprise de dégager des bénéfices. "Si, à ce jour, les données chiffrées manquent, on estime généralement qu'en France plus de 35% des plus de 65 ans ont des troubles de la vision mal ou non corrigés. Et en Ehpad, avec un âge moyen à l'entrée de 83 ans, environ un résident sur deux aurait besoin d'un nouvel équipement", a-t-il souligné.

"En matière de prise en charge de la santé visuelle et la malvoyance en Ehpad, tout est donc à construire", a-t-il pointé. Le simple fait de savoir qu’un opticien peut se déplacer à domicile, et donc en Ehpad, est encore loin d’être connu de tous. "Même la grille Aggir, qui permet aux professionnels de déterminer le degré de dépendance d'une personne âgée, n'aborde pas la santé visuelle et l'audition, alors qu'une vision défaillante peut entraver la mobilité d'une personne, favoriser l'isolement, accélérer la perte d'autonomie (risque de chute), affecter les activités manuelles et intellectuelles, influencer les interactions et réduire le réseau social de la personne", a-t-il pointé.

Discussions en cours avec "un groupe d’Ehpad" autour de la formation de "référents visuels"

Questionné sur son chiffre d'affaires, Matthieu Gerber n’a pas souhaité répondre, mettant en avant la concurrence très rude dans son secteur. Un petit tour sur internet vous en convaincrait en effet très vite. L'offre d'optique à domicile se développe à vitesse grand V, et les modules de formation à destination des professionnels du grand âge presque aussi vite. L’entrepreneur a, à ce propos, mis en avant le fait que sa société était la seule du secteur à avoir obtenu la norme NF Services aux personnes, délivrée par l’Afnor.

Concédant que sa société visait "les 20 millions € de chiffre d’affaires hors taxes dans les cinq ans à venir", via "une montée en puissance en France et le début du lancement de ses services sur d'autres marchés européens à fort potentiel", Matthieu Gerber a, à ce propos mis en avant le partenariat signé en mai entre son entreprise et la mutuelle Intégrance - synonyme d’exclusivité, pour les Opticiens mobiles, en matière de tiers payant dans les établissements gérés par la mutuelle… Et fait état de négociations en cours avec d’autres complémentaires santé.

Il a aussi annoncé à Gerontonews que les Opticiens mobiles étaient en discussion avancée avec un grand groupe privé gestionnaire d’Ehpad, dont il n’a pas tenu à dévoiler le nom, afin de mettre en place "un système de référents visuels dans chacun des établissements du groupe". Pas question de transformer, d'un coup de baguette magique, les professionnels concernés en opticiens, non, mais bien de former une personne par Ehpad à la compréhension des problématiques relatives à la santé visuelle. Objectif: leur permettre d'être vigilants, au quotidien, aux difficultés de vision des résidents, et de travailler sur des petites choses du quotidien - de type couleurs des ustensiles dans l'établissement, ou prise de contact avec les médecins ophtalmologistes après un AVC, etc.

Intervenant "dans 800 à 1.000 Ehpad en France", les Opticiens mobiles travaillent de façon étroite "avec 700 Ehpad et un peu plus de 300 structures médico-sociales", a indiqué Matthieu Gerber. Lancé fin 2016, son programme "Bien voir pour mieux vivre" est d’ores et déjà en place dans environ 200 Ehpad, et l’entreprise compte "à terme pouvoir le déployer dans 70% des Ehpad et établissements médico-sociaux en France… puis en Europe demain".

Afin d’asseoir le développement de sa société, son fondateur, pointant les délais d'attente parfois interminables pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste, milite par ailleurs pour la délégation de tâches entre ophtalmologistes et opticiens, et mise, sur le sujet, sur le développement de la télémédecine.

Source : Journaliste Emmanuelle Debelleix - Article paru sur www.gerontonews.com le 31 Août 2017